Aller au contenu  Aller au menu principal  Aller à la recherche

bandeau_umr-pam.jpg

UMR Procédés Alimentaires et Microbiologiques

PROJET VALVIGNE – Valorisation de coproduits vinicoles

VALVIGNE – Valorisation de coproduits vinicoles : extraction et applications innovantes (stabilité oxydative du vin et biocontrôle de la vigne)

Actuellement, le champ de valorisation des coproduits générés par la vinification reste limité à la distillation et au compostage. L’intérêt de notre projet est de proposer d’autres alternatives pour la création de coproduits à haute valeur ajoutée. 

Une autre originalité de ce projet réside dans une logique d’économie circulaire, mise en place principalement dans la filière viti-vinicole mais qui sera transférée, à long terme, à d’autres filières de la région BFC (huile de chanvre et farines d’insectes).

Certains composés (pectines, peptides, polyphénols) présents dans les coproduits du vin et des filière
insectes et chanvre sont aujourd’hui inexploités.

Projet Valvigne

 Notre projet vise à utiliser des procédés physiques alternatifs qui doivent permettre d'être moins dénaturants pour les molécules à extraire (fluides supercritiques, micro-ondes, matériaux inorganiques) et plus sélectifs, en étant en plus respectueux de l'environnement.L'utilisation des fluides supercritiques (eau et CO2) pour l'extraction de molécules d'intérêts à partir de produits végétaux date d'une vingtaine d'années. Si la qualité (à visée alimentaire) des molécules extraites est supérieure à celle obtenue par les procédés usuels (pressage et solvants organiques), l'obtention de rendements élevés requiert de hautes pressions en eau et en CO2.

Plusieurs études récentes ont exploré le couplage de l'extraction par CO2 supercritique avec d'autres méthodes physiques telles que les micro-ondes et démontrent qu'il est possible, par le couplage de ces procédés, d'améliorer considérablement le rendement d'extraction en travaillant avec des pressions en CO2 faibles. Au sein de l’UMR PAM, l’équipe PCAV apportera son expertise dans la chimie du vin ainsi que dans l’extraction et la caractérisation des constituants des aliments.

En complément l’équipe FBI va développer l’utilisation des biocatalyseurs microbiens et enzymatiques et leur mise en œuvre dans les bioréacteurs. Les extraits de coproduits du vin pourront par la suite avoir plusieurs applications oenologiques (réduction des sulfites) (PCAV) et viticoles (Phytostimulants) (UMR AgroEcologie). Ce projet structurant s’inscrit dans l’axe 2 de l’ISITE-BFC et s’appuie sur des compétences complémentaires de 3 équipes interdisciplinaires de UBFC, en partenariat avec des professionnels régionaux.

 


Porteur(s) :
AgroSup Dijon / Université de Bourgogne
Responsable(s) scientifique(s) : Camille Loupiac / Ali Assifaoui
Coût total : 333 393 €
Financeur(s) : Conseil Régional Bourgogne-Franche-Comté ; FEDER
Periode : 2021 - 2024

logo FEDER logo court ASD 
Université de Bourgogne